La presse aujourd’hui (médias et médiations – 1)

media

Note : article réalisé suite au cours d’Elisabeth T. Lire aussi les documents sur l’ENT (histoire de la presse, presse internet etc.)

Deux questions posées :

– Quelles sont les grandes questions qui se posent à la presse aujourd’hui ?
– En quoi ces questions sont elles importantes pour l’école ?

Retrouvez sur l’ENT les éléments de réponse que nous avons apportés, suite à une discussion collective en classe. Le doc s’intitule « synthèse question presse ».
On y aborde :
– la question de la transformation de la presse écrite à l’arrivée du numérique
– la question de la place du journaliste, de la confiance dans un monde où il y a 4 communicants pour 1 journaliste, l’arrivée des blogs, la difficulté de vérifier les infos etc., l’arrivée du journalisme citoyen et la nécessité pour le prof-doc de travailler à développer l’esprit critique des jeunes
– la question des financements (publicité, subventions, abonnements, ventes) et les conséquences sur l’information (à l’heure de la gratuité, notamment)
– la conservation de l’information

Le terme « Média » désigne tout moyen de diffusion :
> direct (langage, écriture, affiche)
> par un dispositif technique (radio, tv, internet, ciné….). [Notez qu’un dispositif technique implique des contraintes]

permettant la communication, soit de façon unilatérale (transmission de message), soit de façon multi-latérale par un échange d’information
(cf définition de média sur wikipédia)

A consulter :
> Quelle différence entre Information et Communication ? par Simon Decreuze, journaliste sur RFI en 2014. On y apprend notamment, qu’il y a aux USA, 1 journaliste pour 4 communicants

Questions liées à la CONFIANCE : Indépendance de la presse ? La question du 4ème pouvoir.

Cette notion n’a jamais été vraiment valable en France, ou pouvoir politique et médiatique ont toujours été mêlés. Le 4ème pouvoir est plutôt une notion anglo-saxonne.

– La Gazette est un périodique créé en 1631 avec l’appui de Richelieu par Théophraste Renaudot, médecin de Louis XIII. Disparu en 1915, c’était un des plus anciens des journaux publiés en France. (cf La Gazette sur wikipédia)

  • Ordonnance de 44 : destinée à empêcher l’existence de monopoles de presse. L’idée est de faire de la presse un vrai instrument de cuture et d’encadrer le marché médiatique pour garantir le pluralisme. Viseà échapper aux logiques commerciales et à sanctionner les collaborateurs au sortir de la guerre. L’objectif est de garantir la liberté de la presse en empêchant un individu de posséder plusieurs titres.

> Pourtant, dès les années 50, Robert Hersant commence à construire un véritable empire de presse, non pas en tant que personne individuelle mais par l’intermédiaire de société (voir ce petit sujet de 6 min sur les archives de l’INA). En 1950 il achète L’Auto Journal (prête nom), 1953 Oise Matin, 1957 Centre Presse, 1976 Le Figaro et France Soir. En 1996, il possède 25 quotidiens…

> Dès 1944, le Siècle est fondé. C’est une association qui réunit chaque mois les journalistes et les membres du pouvoir pour un dîner… Se pose la question d’indépendance du journaliste qui y participe et de sa liberté de parole…

La question de la pluralité et de la liberté de la presse est clairement posée.

– 2 grands groupes de communication sont présents dans l’ensemble des médias, l’édition culturelle et le divertissement : Lagardère (France) et Bertelsman (Europe)

– Presse française grand public : 5 grands groupes :
> Hachette-Lagardère,
> Prisma Presse,
> Mandadori France,
> Bayard Presse
> l’Express

– Au niveau de la PQR : 5 grands groupes
> Sipa/ouest-France (20 minutes, Ouest-France, Logic Immo)
> EBRA (Le Progrès, La tribune, Le Dauphiné Libéré)
> Hersant média & GBT (La Provence, Nice Matin)
> Amauri (Le Parisien, L’équipe…)

– Au niveau de la presse magasine : 3 grands groupes internationaux se partagent 80% du marché :
> Lagardère Active (Elle, télé 7 jours, Paris Match…)
> Prisma Média (Télé Loisirs, Gala, Femme actuelle, Géo…)
> Mandadori (Biba, sciences et vies, La chasseur Français…)

Questions liées à la liberté de la presse dans le contexte de concentration des médias entre les mains d’entrepreneurs (industriels)

Daprès Ignacio Ramonet dans L’Explosion du journalisme (Gallimard, Paris 2011).« Les médias dominants posent actuellement un grave problème à la démocratie. Ils ne contribuent plus à élargir le champ démocratique, mais travaillent au contraire à le restreindre. » Ces « concentrations » ont des effets sur la ligne éditoriale. En témoignent par exemple les déclarations de Serge Dassault suite au rachat du Figaro : « Il y a des informations qui font plus de mal que de bien. Le risque étant de mettre en péril des intérêts commerciaux ou industriels de notre pays ». (Cité par Ignacio Ramonet dans L’Explosion du journalisme. Gallimard, Paris 2011).

Autre exemple : lors du rachat récent de Canal+, Vincent Bolloré (patron de Vivendi) a censuré un reportage sur le Crédit Mutuel (à voir mercredi 7 octobre sur France 3 > + d’info et la bande annonce sur Télérama ici)

La question du financement de la presse

4 sources de financement : publicité, subventions, abonnements, ventes

Les aides de l’Etat (directes ou indirectes):

Elles représentent 12% du CA de la presse écrite publique depuis 1945
> taux réduit de TVA
> exonération de taxe pro
> aide au transport postal
> abattement fiscal pour les détenteurs de la carte de presse
> subvention à la SNCF pour compenser les frais réduits
> l’état souscrit des abonnements
> aide aux réseaux de diffuseurs (kiosquiers)
(questions : les aides sont elles suffisantes ? bien réparties ? légitimes ? ne rendent-elles pas la presse dépendante de l’état)

L’apparition des journaux gratuits (2002)
Metro, 20 minutes…
Leur succès modifie le marché publicitaire (les annonceurs privilégient les gratuits)

La mort de la presse au XXIème siècle ?

> Baisse constante des points de diffusion depuis 1991 – Nouvelle baisse des ventes en kiosque en 2014
> Baisse des abonnements
> Baisse du lectorat de la presse généraliste depuis 1945 mais augmentation de la presse de loisir (sports, magasines…)

> 2008: Les États Généraux de la presse écrite organisé de septembre 2008 à janvier 2009 par Nicolas Sarkozy, pour élaborer des mesures de sauvegarde de la presse française d’un montant de 600 millions d’euros. Voir les réactions de la rédaction de Mediapart sur ces états généraux contestés.

> 2012 : disparition de la version papier de La Tribune et de France Soir
> L’Humanité et Libération se battent pour survivre
> Le Monde et Le Figaro sont en équilibre précaire

>Pourtant, grâce au numérique, l’audience moyenne des marques à augmenté de +2.7% sur un an et cela est en partie grâce au digital (source Audi presse One 2014/2015 accessible ici).
La tablette est devenue un support de lecture apprécié, même si l’ordinateur reste le support privilégié parmi les supports d’accès digitaux (60 % des accès numériques). Ce qu’on peut lier à la forte augmentation de possesseurs de tablettes.

>Par ailleurs, 65% des Français lisent au moins une marque de média en ligne (+7 points en 4 ans ; chiffres de 2015)

Comment aborder la question en classe de la presse dans le débat démocratique en France ?
>> Sur le site de Vie Publique.fr un petit historique rapide permet de prendre des repères et de proposer des pistes pour alimenter un débat avec les élèves : « Les médias contribuent-ils au débat démocratique ? »

>> Brouillage frontière médiatique : journalisme vs communication, information vs divertissement, sphère médiatique vs autres secteurs de l’industries, espace national vz médias transnationaux…

Prochain post : Le numérique : cause et solution ? Réinventer les médias à l’heure du numérique ?

En attendant, à lire sur Inaglobal : « Numérique, aides, statuts… : la presse peut-elle se réinventer ? », entretien avec Jean-Marie Charon, sociologue des médias (CNRS/EHESS), à propos de son rapport Presse et numérique – l’invention d’un nouvel écosystème.

Extrait, en guise d’introduction : le numérique pour la presse c’est une évolution, ou une révolution ?
Jean-Marie Charon : « Je pense que le bon terme c’est une « réinvention ». Qu’il s’agisse effectivement du modèle économique, mais aussi qu’il s’agisse du rapport à son public, on a affaire à des données qui sont complètement nouvelles. »

Regardez aussi ce reportage diffusé sur Arte (Réalisation : Pierre-Olivier François) :

About the Author

prisca
Créatrice du blog quoideneufdoc.com. Consultante en info-documentation et communication, conceptrice-rédactrice, gestionnaire de communautés. En parallèle, je fais des recherches dans le domaine des humanités numériques et l'ingénierie pédagogique... pour favoriser la réussite de tous et lutter contre les discriminations, notamment par l'EMI. Très sensible aux "éducations à..." : éducation aux médias et à l'information et développement de l'esprit critique, prévention de la santé et promotion du bien être plus globalement, comme facteurs clés d'autonomie et de lutte contre les inégalités et la précarité.