L’éducation prioritaire en France : l’enjeu des éducations à …

source : http://www.education.gouv.fr/cid187/l-education-prioritaire.htmlsource : http://www.education.gouv.fr/cid187/l-education-prioritaire.html

La France est l’un des Pays, où les destins scolaires des élèves sont étroitement liés aux origines sociales des familles. C’est ce qu’a à nouveau pointé la conférence organisée par l’Unicef intitulée « Plus d’égalité pour les enfants » qui s’est tenue le 14 avril 2016 à Paris, pour présenter le 13ème rapport du centre de recherche Innocenti de l’Unicef sur les inégalités en matière de bien-être des enfants dans les pays de l’OCDE et de l’Union européenne.

Comme le relate le site internet LesEchos.fr, il apparait que la France se situe presque à la dernière place du classement en termes d’écarts de performance scolaire, en occupant la place 35ème place sur les 37 pays étudiés. Le quotidien en ligne précise : «  Et le constat est inquiétant. Éducation, santé, revenu, satisfaction à l’égard de leur vie : non seulement les enfants sont encore loin d’être égaux dans les pays riches mais dans plusieurs d’entre eux, le fossé se creuse entre les plus démunis et les autres, relève un rapport de l’Unicef) ». On lit aussi : « Chez les adolescents, « les disparités entre les sexes sont répandues et persistantes » en matière de santé et les filles ont plus de risques d’être laissées pour compte. Dans dix pays, ces disparités ont même augmenté. En France, près d’un tiers des enfants évoquent au moins un problème de santé par jour. » [I]

La circulaire n° 2014-077, du 4-6-2014, émane du Ministère de l’Education National et qui est relative à la refondation de l’éducation prioritaire [II] . Le texte souligne les liens entre réussite scolaire et origines des élèves (milieu socioprofessionnel de la famille, ainsi que secteur géographique plus ou moins favorisé inégalités liées au territoire, comme le constate l’OCDE dans ses études PISA qui mesurent et compare les performances scolaires des élèves de 15 ans dans les pays de l’OCDE. Il apparait qu’en France, le taux d’élève en retard à l’entrée en 6e était alors de 20.4% pour les collèges classés en zone prioritaires, contre 11.2% dans les collèges hors éducation prioritaire. La circulaire acte : « La France est devenue le pays où le milieu social influe le plus sur le niveau scolaire. La refondation de l’éducation prioritaire est au service de l’égalité réelle d’accès aux apprentissages et à la réussite scolaire ». Elle liste les mesures qui sont prises pour favoriser la réussite de tous les élèves, en particuliers ceux issus de territoires défavorisés (réunis en Réseaux d’Education Prioritaires, REP et Rep+, en fonction de leur niveau de difficulté)

Le  Socle commun des connaissances et des compétences [III],  liste « tout ce qu’il est indispensable de maîtriser à la fin de la scolarité obligatoire (la scolarité obligatoire étant fixée de 6 à 16 ans en France). Ils déclinent à la fois les connaissances mais aussi les compétences et les fondamentaux de culture que les élèves doivent acquérir (à savoir un ensemble de capacité, ou savoir-faire et d’attitude, entendu comme savoir-être). Ce « socle commun est le ciment de la nation » (…) Il « constitue une référence commune, pour tous ceux qui confient leurs enfants à l’Ecole, mais aussi pour les enseignants » et sa maîtrise doit permettre aux élèves de « posséder un outil indispensable pour continuer à se former tout au long de la vie afin de prendre part aux évolutions de la société (…) être en mesure de comprendre les grands défis de l’humanité, la diversité des cultures et l’universalité des droits de l’Homme, la nécessité du développement et les exigences de la protection de la planète »

Le  dossier « Promouvoir la santé des élèves dans les établissements scolaires » [IV] du magasine « La santé en action » n°427 de mars 2014, édité par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) apporte des réflexions et donne des exemples de situations pratiques d’enseignement ou d’éducation qui mettent en perspectives les relations entre éducation à la santé, climat scolaire et réussite des élèves.

Au regard de ces documents et de nos connaissances, voyons Comment « les éducations à … » contribuent à l’égalité des chances pour la réussite de tous les élèves de la République 

I – Les éducations à pour réduire les inégalités liées à l’environnement et améliorer le climat scolaire

Le constat d’inégalité dans la réussite scolaire n’est pas nouveau et sa réduction est au cœur des préoccupations des gouvernements depuis plusieurs années.

Comme le rappelle le dossier de la ligue [V], depuis 15 ans environ :  Les « éducations à… » visent la prise de décisions personnelles dans la perspective de choix éclairés et d’une citoyenneté active et responsable des élèves. En effet, contrairement à l’éducation morale et aux enseignements d’urgence structurant l’école de la fin du XIXe siècle et de la première partie du XXe, les « éducations à… » sont d’abord des actions éducatives favorisant le questionnement des élèves sur eux, sur leur jugement, sur leurs conduites et leurs alternatives, sur leurs croyances, idées ou convictions et leur fondement, et sur leurs informations, leur contenu et leurs sources. Tels sont les enjeux des éducations à la santé, au développement durable, à la citoyenneté, à la sécurité, aux médias, à la paix… prônées par de nombreux organismes internationaux ».

« Les éducations à… » ont fait émerger des dispositifs au sein du système éducatif français, avec la mise en place d’actions éducatives au service d’une véritable politique éducative d’établissement pour la réussite de tous les élèves, notamment par la transmission d’une culture commune : « …un établissement scolaire est un lieu d’apprentissage et de vie collective. L’organisation de la vie scolaire qu’il propose, comme les dispositifs particuliers qu’il met en place, qu’il s’agisse de suivi individualisé, d’action sanitaire et sociale, d’ouverture aux arts et à la culture, de développement du sport, relèvent de sa politique éducative. » […] « L’action éducative d’un établissement scolaire est une dimension essentielle de la formation : l’École est plus que jamais le lieu où se transmet une vision commune des valeurs de la société. » [VI]. Les actions éducatives peuvent donc avoir des conséquences directes en termes d’amélioration du climat scolaire, comme le rappelle le document 3.

Les attentats qui ont frappé Paris en janvier 2015 ont remobilisé l’école autour des priorités de transmission des valeurs républicaines, de citoyenneté et de culture de l’engagement. Les onze mesures pour une grande mobilisation de l’École pour les valeurs de la République convoquent les « éducations à… » notamment à la laïcité, la citoyenneté, aux médias et à l’information, à l’engagement »  Au premier plan des enjeux scolaires, sont ainsi placés l’appropriation par les élèves des valeurs et le développement de leurs dispositions et attitudes. Or c’est l’adhésion à ces valeurs qui va participer d’un bon climat scolaire. Le rétablissement de l’unité républicaine sollicite donc simultanément la mobilisation de l’ensemble de la communauté éducative avec le partenariat des parents, des associations, des collectivités locales, de l’éducation populaire… ».

Les valeurs d’engagement font partie des attitudes attendues des élèves à l’issu du socle commun, ainsi que la capacité à faire preuve d’esprit critique. L’éducation aux médias et à l’information est ici primordiale.

Les « éducations à… » visent la prise de décisions personnelles dans la perspective de choix éclairés et d’une citoyenneté active et responsable des élèves, et poursuivent donc des objectifs également inscrits dans le socle commun. Les « éducations à… » sont d’abord des actions éducatives favorisant le questionnement des élèves sur eux, sur leur jugement, sur leurs conduites et leurs alternatives, sur leurs croyances, idées ou convictions et leur fondement, et sur leurs informations, leur contenu et leurs sources. Tels sont les enjeux des éducations à la santé, au développement durable, à la citoyenneté, à la sécurité, aux médias, à la paix… prônées par de nombreux organismes internationaux. Ces « éducations à… » sont donc transversales et associent enseignements et actions éducatives. Les familles sont ainsi impliquées dans la réussite scolaire des élèves, aux côtés des équipes éducatives et pédagogiques.

Plusieurs mesures de la refondation de l’école prioritaire visent à améliorer le climat scolaire, par le biais des « éducations à… » :  1h30/semaine de cours en moins par semaine afin de pouvoir consacrer ce temps à la création de projets en réseaux favorisant le travail collectif de l’équipe éducative. Il est aussi stipulé « Les personnels infirmiers contribueront particulièrement au développement de l’éducation à la santé et à un premier repérage des problèmes de santé des élèves et collèges concernés ».

Ces mesures s’inscrivent dans la continuité de la loi de refondation de l’école du 8 juillet 2013 qui vise à construire une école « plus juste » qui s’adapte aux élèves équitablement – en prenant en compte leurs moyens et contraintes – plutôt qu’une école qui impose à tous les élèves de s’adapter à un modèle unique. Il s’agit de passer d’une logique d’intégration à une logique d’inclusion.

Les actions éducatives sont propices aux pédagogies de projets et à la différentiation des enseignements. On veillera, comme le propose le référentiel pour l’éducation prioritaire à « développer les usages du numérique pour développer la différenciation de l’enseignement, pour favoriser l’interactivité et le plaisir d’apprendre, pour réduire les difficultés scolaires et faciliter les démarches de recherche »

Le domaine du socle commun de connaissances et de compétences relatif à l’acquisition de « compétences sociales et civiques stipule que les élèves doivent être « éduqué à la sexualité, à la santé et la sécurité ». Il doit notamment avoir le respect de soi, des autres et de l’autre sexe (égalité fille-garçon). Or, on sait que les femmes subissent des discriminations liées à leur sexe et ne sont pas encouragées à suivre certaines voies (scientifique par exemple). Les éducations à pont donc vocation à rétablir l’égalité de ce point de vue là.

II – Le travail en équipe au cœur de la pédagogie des « Educations à… » pour augmenter la réussite des élèves

Comme le montre le document 2, le domaine du socle commun de connaissances et de compétences relatif à l’acquisition d’une « Culture humaniste »  doit amener les élèves à  « comprendre l’unité et la complexité du monde par une première approche (…) du fait religieux en France, en Europe et dans le monde en prenant notamment appui sur des textes fondateurs (en particulier, des extraits de la Bible et du Coran) dans un esprit de laïcité respectueux des consciences et des convictions. »

Plusieurs enseignants témoignent de la difficulté d’aborder le fait religieux en classe, depuis la circulaire de 2004, relative au respect de la laïcité et qui concerne le « Port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics » [VI]. Suite aux attentas de janvier 2015 survenus à Paris, la situation semble d’être empirée.

Les enseignants ne doivent pas rester isolés dans leur difficulté et doivent s’appuyer sur les autres membres de l’équipe éducative et pédagogique mais aussi sur les partenaires (associations, collectivités territoriales) afin de pouvoir apporter une réponse collective.

En effet, le document 3 souligne que « Le climat scolaire a un impact direct sur la santé des élèves et les enseignants », notamment sur la santé psychique, la motivation et la capacité d’engagement. Par ailleurs, les études montrent qu’un enseignant qui prend son premier poste sera deux fois plus victime de violences verbales, s’il ne trouve pas une entraide et un appui suffisants dans l’établissement. En outre, « ses élèves seront également deux fois plus victime de ses mêmes violences. En l’absence de ce soutien collectif, les enseignants décrochent de façon plus importante (…). » Le document précise que l’environnement physique (état des locaux, niveau de propreté, mise à disposition du matériel adéquat…) a également un impact sur les élèves et la communauté éducative. La réflexion sur la continuité des espaces documentaires en établissement scolaire, impulsée avec le vademecum  « Vers des centres de connaissances et de culture » [VII] souligne également l’importance de permettre une continuité entre action pédagogique et action éducative, enseignements et éducations à , avec une plus grande collaboration du  CPE (conseiller principal d’orientation) et des enseignants, en particulier le professeur documentaliste.

La circulaire relative à la refondation de l’école prioritaire  stipule d’ailleurs que des moyens supplémentaires seront alloués aux établissements de Réseau REP et REP + pour améliorer les espaces. Par ailleurs, la pondération horaire des enseignants en réseaux prioritaire doit permettre aux équipes éducatives d’avoir plus de temps à consacrer au travail collaboratif et au développement de projets avec les partenaires locaux, via des actions éducatives.

Favoriser l’égalité des chances pour tous les élèves, c’est encourager l’épanouissement de tous et la capacité de chacun à vivre ensemble dans une République apaisée, parce que plus juste. Les équipes éducatives pourront trouver appui dans les services territoriaux de la Politique de la Ville.

DÉCOUVREZ AUSSI LE NOUVEAU SITE du RÉSEAU CANOPÉ DÉDIÉ à l’EDUCATION PRIORITAIRE

 

Bibliographie

[I]

LES ECHOS. Les inégalités entre enfants s’aggravent dans plusieurs pays riches. In : LesEchos.fr  [en ligne]. Publié le 14/04/2016 [consulté le 08/07/2016]. Disponible sur : http://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/021840757848-pour-les-enfants-les-inegalites-saggravent-dans-plusieurs-pays-riches-1213893.php

[II]

MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE. Education prioritaire : refondation de l’école prioritaire. In : education.gouv.fr [en ligne]. Publié le 05/06/2014 [consulté le 08/07/2016]. Disponible sur : http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=80035

[III]

MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE. Socle commun de connaissances, de compétences et de culture. Publié en 2015 [consulté le 25/07/2016] Disponible sur : http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=87834

[IV]

INPES. Dossier : Promouvoir la santé des élèves dans les établissements scolaires. In : La santé en action [en ligne], mars 2014, N°427 [consulté le 08/07/2016]. ISSN : 2270-3624. Disponible sur http://inpes.santepubliquefrance.fr/SLH/pdf/sante-action-427.pdf

[V]

Après Charlie : comment former aux valeurs de la République ? In : la Ligue de l’enseignement : les idées en mouvement [en ligne], mars 2015, N°223 [consulté le 08/07/2016]  Disponible sur : www.laligue.org/wp-content/uploads/2015/02/223_dossier.pdf

[VI]

MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE. Programme prévisionnel des actions éducatives. In : éduscol : informer et accompagner les professionnels de l’éducation [en ligne] MAJ le 08/02/2016 [consulté le consulté le 08/07/2016]. Disponible sur : http://eduscol.education.fr/cid47920/programme-previsionnel-des-actions-educatives.html

[VI]

MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE. Respect de la laïcité : Port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics. In : education.gouv.fr [en ligne]. Publié en 2004 [consulté le 08/07/2016] Disponible sur : http://www.education.gouv.fr/bo/2004/21/MENG0401138C.htm

[VII]

MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE. Vers des centres de connaissances et de culture. In eduscol.education.fr [en ligne]. Publié en 2012 [consulté le 08/07/2016]. Disponible sur : http://cache.media.eduscol.education.fr/file/actus_2012/77/1/2012_vademecum_culture_int_web_214771.pdf

About the Author

prisca
Créatrice du blog quoideneufdoc.com. Consultante en info-documentation et communication, conceptrice-rédactrice, gestionnaire de communautés. En parallèle, je fais des recherches dans le domaine des humanités numériques et l'ingénierie pédagogique... pour favoriser la réussite de tous et lutter contre les discriminations, notamment par l'EMI. Très sensible aux "éducations à..." : éducation aux médias et à l'information et développement de l'esprit critique, prévention de la santé et promotion du bien être plus globalement, comme facteurs clés d'autonomie et de lutte contre les inégalités et la précarité.