CAPES documentation : ma copie à 16.85/20 à l’épreuve écrite de Politique Documentaire 2016

copie-pol-doc

Les épreuves écrites du CAPES Documentation approchent et vous avez sous doute lu et étudié le Rapport du Jury de 2016 et ses précieux conseils. Ayant obtenu une note honorable à l’épreuve de Politique Documentaire (16.85/20) du CAPES Documentation 2016, je partage avec vous ma copie concernant l’épreuve de politique documentaire (cliquez ici pour la télécharger).

Pour rappel, le sujet :

Cliquez sur l'image pour accéder à la première partie des documents

Cliquez sur l’image pour accéder à la première partie des documents

Cliquez ici pour accéder à la seconde partie du dossier : http://cache.media.education.gouv.fr/file/capes_externe/97/0/s2016_capes_externe_documentation_2_2_558970.pdf

Quelques conseils de préparation de l’épreuve de politique documentaire

Ma méthodologie le jour de l’épreuve du CAPES documentation

Pour rappel, l’épreuve dure 5h

  • Analyse du sujet : « L’éducation aux médias dans un parcours citoyen ». Lister toutes les idées qui vous viennent relatives au sujet (10 à 15 min). ça vous sera très utile pour la note personnelle (car ensuite, à la lecture des documents, vous êtes influencés)
  • La prise de connaissance des documents (1h à 1h15) : j’ai utilisé la technique des petits papiers. Un papier par document. Inscrire titre du document, type de document (institutionnel, réflexif ou pratique) et le thème principal. Surligner quelques phrases clés (une ou deux que vous pourrez citer)
  • La problématique : reprendre les termes  principaux : « éducation aux médias » « parcours citoyen » et les décliner : Moi j’ai donc fait « Quel cadre, quels moyens et quels outils pour accompagner la construction de les citoyenneté du collège M, en s’appuyant sur l’éducation aux médias et à l’information dans le numérique. Du coup ça se fait en mois de 5 min.
  • L’introduction : toujours le même schéma  donc rapide à rédiger (10 min max, pas besoin d’en faire un brouillon) Contextualisation du sujet (en 2016, EMI et citoyenneté étaient des enjeux phares). Le professeur documentaliste a constitué le dossier sur demande du chef d’établissement pour préparer la mise en place d’une politique documentaire pour l’établissement X, qui implique l’ensemble des agents. En profiter pour montrer qu’on sait que le projet sera soumis au CA par exemple. Attention, si dans le sujet on dit que c’est pour le conseil pédagogique, alors adaptez-vous… En clair, c’est là que vous montrer votre connaissance du cadre et des procédures. Votre rigueur. Présentation des documents : Cela fonctionnera toujours si vous dites que le dossier est composé  » de documents officiels de l’État qui montrent une volonté forte de… » + « de documents réflexifs permettant de mieux comprendre…. » et « de documents pratiques qui sont présentés afin de nourrir la réflexion et de proposer des exemples d’actions dont l’EPLE X pourrait s’inspirer » J’avais trouvé ces formules dans un précédent rapport du jury, et ça marche à tous les coups, évidemment. Du coup quand vous avez conscience de cela, vous savez un peu mieux comment utiliser vos petits bouts de papier..
  • Le plan de classement (environ 30 min max): Ne pas se prendre la tête à faire un plan exceptionnel, tant qu’il est cohérent c’est ok. Reprendre dans chaque titre de partie principale les thèmes principaux du sujet. Vous imaginez que c’est vraiment un prof doc qui a fait ce dossier pour présenter son projet de politique documentaire (qui n’est donc pas un simple projet documentaire mais implique tous les acteurs et partenaires de l’EPLE) Répartir vos documents en mettant une touche de réflexif, institutionnel et pratique. Pour cela, vous déplacez vos petits papiers en rassemblant les thématiques pour en faire des sous-parties…. Une fois que c’est équilibré (à peu près, car vous verrez dans les rapports du jury que parfois leurs propositions ne le sont pas, contrairement aux préconisations…)
  • La rédaction de la note de synthèse : vous suivez votre plan de classement à la lettre. Donc mettre votre plan de classement sur une page qui ne contienne que lui. Pas de brouillon : rédaction directe. (1h30 à 1h45). Vous n’avez aucune connaissance à apporter. Faites dans le factuel, allez à l’essentiel
  • Avis personnel : 15 min sur le plan,  puis rédaction directe. Pas le temps de faire de brouillon. Il est important de garder le temps pour rédiger votre avis personnel : c’est là que vous montrez vos connaissances personnelles. Mais aussi votre méthodologie et votre capacité à respecter les délais. Ainsi que votre entrainement à l’épreuve.
  • Je n’ai pas eu le temps de me relire, c’est dommage. Essayez de le faire pour éviter les fautes… Conservez donc 10 min !

Autres conseils utiles

  • Pensez à vous hydrater : un cerveau mal hydraté est un cerveau mal oxygéné… donc il fonctionne moins biens
  • Une pipette de RESCUE (fleurs de bach) avant l’épreuve, voir une autre pendant si nécessaire. C’est un remède naturel, à base de fleurs pour gérer les émotions : ça marche hyper bien pour gérer le stress, l’angoisse et ça ne procure aucun état de fatigue. Essayez avant, pour voir l’effet sur vous. Moi j’en avais dans ma bouteille d’eau 😉
  • Un petit sachet de mélange pour étudiants afin de grignoter (noix, noisettes, amandes, raisins secs…) : ça vous donne l’energie nécessaire, avec des sucres lents, des sucres rapides, des omégas 3 etc. C’est à mon sens mieux qu’un sandwich car vous pourriez faire les frais d’une digestion difficile. Des clémentines aussi.
  • Dès votre entrée dans la salle : inscrivez votre nom et vos identifiants sur 3 copies au minimum, voir 4. C’est du temps gagné, ce serait dommage de faire ça pendant le temps destiné à traiter le sujet 😉

Je vous souhaite belle réussite et beaucoup de courage pour cette dernière ligne droite (enfin, avant la vraie ligne droite décisive des épreuves orales). ET BONNE ANNÉE :)

J’essaie de poster prochainement quelques conseils sur l’épreuve de Maîtrise des savoirs académiques. L’an passé, je m’en suis pas mal tirée avec un 15.05/20. J’hésite encore à poster ma copie dont je ne suis pas franchement satisfaite. C’était sur un sujet relatif aux biens communs de la connaissance, par Hervé Le Crosnier. Et vu que ce sujet me passionne, je continue de l’approfondir ; alors je suis d’autant moins satisfaite de ce que j’ai écris à l’époque. Si vous souhaitez la recevoir, vous pouvez toutefois m’écrire à blogquoideneufdoc[@]gmail.com

En ce qui me concerne, j’ai décidé d’opter pour une autre voie que celle de professeur-documentaliste. Je me suis rendue compte que je ne souhaite pas restreindre la transmission de mon savoir aux élèves, car les adultes (acteurs de l’EMI, promotion de la santé et du bien être, politique de la ville) manquent à mon sens cruellement de formation et d’information, notamment dans le numérique (même si le réseau Canopé œuvre un max, il est vrai ! Mais il y a tellement de retard à rattraper et de générations non formées ; que les associations de terrain ont aussi besoin de soutien ; et pénètrent parfois souvent mieux au coeur de certains secteurs, notamment défavorisés). Spécialisée dans le numérique depuis ma formation (2001-2004) à l’Institut de communication et des médias de Grenoble où je m’étais spécialisée en médias électroniques, je poursuis mon chemin dans l’ingénierie pédagogique et la documentation (ce domaine m’a vraiment passionné, notamment au vue des enjeux des biens communs et de la redocumentarisation du monde actuellement en cours). Développement de l’esprit critique, tout ça, tous ça ! Éducation aux Médias et à l’Information…mais pas que des élèves… Les adultes sont les premiers vecteurs/relais à (in)former. Je reviendrai peut-être à l’enseignement quand le bac Humanités numériques préconisé notamment dans le rapport Jules Ferry 3.0 de 2014 sera enfin en œuvre. Mais j’adore quand même bosser avec des adultes (et intervenir ponctuellement auprès du jeune public)

About the Author

prisca
Créatrice du blog quoideneufdoc.com. Consultante en info-documentation et communication, conceptrice-rédactrice, gestionnaire de communautés. En parallèle, je fais des recherches dans le domaine des humanités numériques et l'ingénierie pédagogique... pour favoriser la réussite de tous et lutter contre les discriminations, notamment par l'EMI. Très sensible aux "éducations à..." : éducation aux médias et à l'information et développement de l'esprit critique, prévention de la santé et promotion du bien être plus globalement, comme facteurs clés d'autonomie et de lutte contre les inégalités et la précarité.

Comments are closed.